Avertir le modérateur

27/02/2006

Parce que je vaux plus !

A force de rien foutre, j’ai craqué. J’ai voulu me remettre une dose, comme au bon vieux temps. J’ai fouillé la baraque de fond en comble, vidé les tiroirs, renversé les canapés, troué les matelas, percé les poches, étripé le sac aspirateur, microscopé la moquette, J’ai même retrouvé un yaourt d’aout 2001 (délicieux d’ailleurs)… 

Je me suis gratté à qui mieux mieux…

Alors je suis allé dans la salle de bain, direction la trousse de toilettes des filles et là j’ai pris ma dose…de marketing.

Jojoba, poudre de noyau d’olives, cellules extenso-restructurante, molécules d’Evéa (c’est quoi ce truc ?), microparticules d’oléagineux fermentés !!!  zestine de pelure de pêches, particules oxydo-démélantes, extraits de poireau enrichis aux navets, complexe bio-lavant au retensorb, décongestionant à l’écorce de chêne nain, agents dermoplatrant aux huiles de coudes essentielles hypo-energisantes,  polliole de mes deux, bio-passifs gélatineux, bouillabaisse d’algues ionisé, foie de veau à la bergamote efface ridule…

Ce délirant vocabulaire survitaminant m’a totalement resurvitaminiminesmité, j’ai choppé la mousse à rasé à la formule sensibiliso-regenerente testé sur des culs de lapin pendant des heures par un pervers sadique, ancien étudiant en bio qui peut enfin acheter une Mégane, j’ai appellé les filles à se rassembler et devant leurs yeux inquiets et ébahis j’ai vidé cette putain de bombe de crème à raser dans le ciel de la salle de bain en eructant « je conchie le marketing et vous feriez bien de faire comme moi ! »

Le résultat ne s’est pas fait attendre, elisabeth Arden, Barbara Gould, Celine coiffure, et autres Giberte Dermocream sont retournés dans leur trousse en détalant. J’ai tout juste pu dissimulé un tube de Dermoprurit, il offre un effet lifting instantané spectaculaire grâce à l'action tonifiante et raffermissante de la Bugrane. Son gros complexe Talgo Silicium Vitaminé agit directement sur les tissus de soutien afin de les restructurer et de prévenir le relâchement cutané et anal. Il y a aussi du céleri dedans.

Mmm, je viens encore d’en lécher un peu, c’est délicieux, ça a un goût de baleine…
 

« Un délicieux geste tendresse qui laisse votre peau toute douce ?!! »
James Wood – mes secrets beauté

 

 

14/02/2006

Maurice, son Hôtel

Combien de chambre d’hôtel me suis-je tapé depuis le début de l’année ? Je ne sais déjà plus. 

Il y a eu ce beau 3 étoiles à la montagnes dont les sous sol n’avaient plus de secret pour moi, vue que je n’en sortais qu’exceptionnellement pour retourner bosser dans ma chambre. Je me souviens de l’animation au bar, une chanteuse branchée (si, si) sur echo à faire des tibidou tibouda derrière un guitariste éclectique branché par antenne et se promenant de table en table en jouant un interminable solo mou, biling, biling, sur une boite à rythme déprimante tchiki blong, tchiki blong. L’ecran plat de la chambre etait en panne par intermittence (marche 2 minutes, en panne 15 heures) et fut remplacé le jour de mon départ, Ce même jour ou j’ai enfin découvert comment boucher et déboucher le lavabo (Une pression sur le bouchon, vive le progrés).

Il y eu ce beau Palace parisien, ou discrètement (et sans un bruit) je retransformais notre salle de réunion en plus ou moins une chambre qu’elle n’aurait jamais du cesser d’être, sitôt la nuit tombée et les clients enfin enfuis… Puis très tôt le matin, la larve rampante que je suis à l’aurore redevenait, après une douche grand luxe, un être présentable, retransformant sa couche en salle de réunion et capable de feindre l’ignorance sur la provenance d’un taux d’humidité si important  tout en accusant les plus gradés au sujet de l’odeur émanant des toilettes.

En Espagne, le concierge était le sosie parfait de Paul Lou Sulitzer jeune (putain , le bad trip !) , j’ai mis 4 jours à comprendre que le lavabo était transparent et j’ai failli me prendre deux fois la gueule dans les parois vitrées qui menaient au petit déj. L’Espagne a une nouvelle passion pour la transparence…

Dans le deuxième hôtel, une vitré teintée séparait la salle de bain du lit, même pas le temps de prendre un bain….Les interrupteurs sensitifs géraient l’harmonie luminaire (une lumineuse harmonie ?) avec une telle simplicité que seule un ingénieur en bionique avancée, en cinquième année de caressologie aurait pu aller pisser au milieu de la nuit sans se prendre une baie vitrée dans la poire.

Rien de tel chez  Mickey ! Pour la commission suivez les cow boys, en plein rodéo, qui sont peint sur le mur, allumez l’énorme lampe botte de cow boy (la botte de Pat Hibulaire !), soyez éblouis et les toilettes sont en face.

"Les hôtels, c’est comme les cul ! T’en as vu un, t’en as vu cent", me dit Paul, mon pote qui chante "couscous saupiquet" quand il est bourré,et, une fois n’est pas coutume, il a totalement tort sur ce coup, je ne lui fait pas remarquer mais venant d’un grand penseur tel que lui, cela m’étonne…. Il réfléchie encore, c’est beau….

" Non ! Les hôtels c’est comme les couilles, t’en vois une paire, t’en as vu 200 !".

Ha ! Voilà qui est mieux.

 "Vive les hôtels !"
P. Hilton - "Mémoire d’une jeune fille dérangée"

 

 

 

 

 

14.2.06 20:44

07/02/2006

Nasebroc et Schnock

J'ai tellement travaillé, je me suis tellement concentré sur les nouvelles modalités du blog (17 minutes) que je ne sais absolument plus pourquoi j'ai fait un blog et ce que je veux y écrire. 

Voyons, voyons....Certainement pas du mal des assedics. Rien mais alors vraiment absolument rien sur Mahomet, je ne compte pas non plus dénoncer les arrangements de la mairie de Puteaux.... Je ne parle même pas d'aborder le moindre sujet internationale, l'iran, l'irak, la palestine, la thétchénie, israël (j'ai mis la tchétchénie entre les 2, ça les repose un peu) ou le Tibet ou tout autre bled que je ne connais pas et qui n'a pas le bonheur de me connaitre en retour.

En homme de droite décompléxé, je pourrais vanter les formidables avancées libérales de notre gouvernement, mais en ce jour de manifestation, j'imagine la douleur des milliers de pauvres (ahah, les cons) rentrant de dix kilometres de marche en compagnie de boudins gauchistes et lisant sur leur PC minable à 56 k qu'ils ont eu tort de perdre une journée et qu'il ferait mieux de retourner bosser s'ils veulent que notre bon gouvernement nous sorte enfin de cette merde bolchévique !

Peut être pourrais je profiter du succés de ce blog (oui, vous êtiez huit en Janvier, plus que 7 !) pour réclamer les mêmes avantages que les grands de ce monde. Soit tout simplement, le gériatre de Mick jagger et le cancérologue de charly Watt  en cas de problème.

Plus modestement, en relisant mes précédentes notes, je crois que je vais continuer à faire de ce blog, ce brulot médiatique (tel un "France soir" des grands soirs) et ravir ainsi ces millions de lecteurs assidus et enfin affranchis (bandes de timbrés !) en provoquant inlassablement la face du monde !

Zut aux Suisses !
Osiris est un gros naze !
et le maire de Pouilly l'évèque sent des pieds !

 

 

 

7.2.06 18:09

03/02/2006

Youpi mes couilles !

Tout m'énerve dans ce nouvel engin ! 

C'est comme déménager par surprise. Quitter une ville, sa ville, Avec sa bite et son couteau. J'ai perdu mes liens, mes adresses, mes amis, mes habitudes et mes repères, et me voilà, à essayer de comprendre ce nouveau monde....

 Rambo 1, Huuuuuuuuuuuuuuurghh !!!!

Paul, mon pote qui chante toujours "Couscous Saupiquet" quand il est bourré me montre sa collection de tous les premiers numéros des séries de collection que l'on trouve chez les buralistes. Voila une visite qui me remonte le moral.

Le N°1 des véhicules de la poste (la deuche jaune !), le 1er fanion cuillère, un chassis de Meschersmidt (mecherdemerdesmith, truc comme ça quoi ?!!!), la plus belle poupée du monde, la yamaha championne du monde en 2002, le soldat de plomb de la guerre de 70, La boite de biscuit en Acier, la voiture Amora du tour de France 67, les plus beau ecrous du monde (le numéro 1, l'écrou Bulgare !), les plus belles centrales nucléeaire de deuxieme generation, les armes des plus grands criminelles, la saga des chaussettes en fil d'écosse....

Tout ces trucs à la con m'ont fait oublié mon syndrome de changement.

J'ai crié "ouais ! Youpi !" à chaque vision d'une de ces épatantes oeuvres du génie humain.

Youpi ! parce que c'est bon de changer, de ne plus rien comprendre , de ne plus savoir ou l'on est et finalement de retrouver Paul, parce que l'on sait que malgré tout, après 3 beaux verres de rouge, il chantera irrémediablement (peut-etre 4 verres) "Couscous Saupiquet" !

Youpi ! Parce que c'est un terme tellement inutilisable qu'il est bon, encore, de l'hurler à la face du monde (qui utilise ou a utilisé un jour "Youpi"?)

Youpi ! Parce ce que comme il l'est dit plus haut, c'est un terme tellement peu utilisé qu'il est bon de l'utiliser au moins 2 fois !

Youpi ! Parce qu'il est des mots comme de certains humains qui semblent avoir gardé un pied dans l'enfance pour l'éternité

Youpi ! Parce que je vis, je ris et que je cherche encore s'il faut un "S" à "ris"

"Tous les matins, je crie "Youpi" !"
Ian Curtis - "mes secrets, ma méthode"

 

 

3.2.06 01:58

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu