Avertir le modérateur

25/05/2006

bar, biture, hic !

Petit à petit, sans m’en apercevoir, le chômage m’a poussé vers le bar, malgré moi, irrésistiblement.

J’étais seul, délaissé, renvoyé à moi-même (on dirait du Ophélie Winter, quelle daube). Bref je me traînais comme une merde à la recherche d’une main tendue, une aide, un petit chèque, un banquier gracile, et même, même, pourquoi pas (soyons fous) un client.

 Je suis rentré dans le bar « chez Dédé » et là…Il a trouvé un client.  

Passer sa journée au bar plutôt que de chercher du boulot n’est pas inscrit parmi les 10 conseils pour retrouver du travail du livret offert par l’ANPE. Il doit se trouver dans le tome 2 mais les crédits d’aides sont ce qu’ils sont et ce tome 2 ne verra très probablement jamais le jour. 

Etre de droite et au chômage représente un défi intellectuel autrement plus ardue que le 4 à la suite de questions pour un champion.

Mes idées libérales ont abasourdi mon agent de carrière dès la première réunion. J’ai renvoyé ce fonctionnaire à ses études en réclamant la privatisation immédiate de son service, je lui ai bramé les joies d’une glorieuse société basée sur la lois du marchés ou seul les plus forts gagnent et enfin j’ai déchiré son dossier pisseux en éructant (je sais, j’adore éructer) que je fais ce que je veux des merdes imprimés avec mes impôts.

Je suis sorti en hurlant « va y avoir de la lettre de dénonciation ! »    

« Chez Dédé » correspond mieux à ma vision capitaliste  du monde. Je commande, je paie, je consomme. C’est clair, c’est net, c’est simple, c’est de droite quoi !

Je suis seul, dans le fond (loin du flipper). Triste mais voyant enfin une main tendue, au bout du tunnel, qui pose devant moi, un verre de ce délicieux mélange de vin blanc de la communauté européenne que le mondialisme et ses incroyables sous salaires clandestins permettent de m’offrir à un euros TTC (comme dit Dédé).

  Je suis de nouveaux dans la course. Je fais de nouveaux partie de la société.

Un verre de blanc, je lis le parisien… Un verre de blanc, je lis les petites annonces…Un verre de blanc, j’entoure les postes de Magasinier au SMIC (16, y a tout de même du boulot, merde !)… Un verre de blanc, je fais les mots fléchés – On y est bien- neuf lettres – cagoinces….Un verre de blanc, un Rapido …Un verre de blanc, un tiercé et un placé… un blanc, un Banco, un Dédé (obligé chez Dédé) , un Bingo et deux Astros…gratte gratte…2 Millionnaires, gratte gratte , un blanc, un Rapido, un Kéno, 2 blancs, un loto et 3 Pokers, gratte gratte et encore un blllllll

Burps !

Ce blanc est atroce, il vous étreint la tête comme un Joe Pesci Scorcesien et vous colle une haleine à regarder TF1 la gueule collée sur l’écran.

Je décide de relire le livret de l’ANPE, il sent le blanc, j’ai revomis 2 fois.

 

"On peut être arriviste et ressembler à Kermitt"
 JF Coppé – J’arrête la gueule de bois

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu