Avertir le modérateur

22/10/2008

Le Rouge est mis, profond...

 

 

Ah ils ont beau jeu, les Bobos gauchistes et toute leurs équipées de léninistes maoïstes castristes,  marxistes, rougistes, arditistes, Arletistes et Royalistes (heu... ) à piétiner notre beau paysage bancaire comme n’importe quel enfant normale de 17 ans se délecte à piétiner les fourmilières du parc de Versailles.

Que peut on attendre de ses rouges, nés de copulations alcoolisées et forcées, élevés dans la fange et le vice, nourris aux aides sociales et ne se levant le matin que pour réclamer le partage des richesses que nos belles familles de France ont prudemment engrangé a force de labeur et de travail.

 Que peut-on donc attendre, certainement pas de la dignité !  

Lorsqu’un adversaire est à terre, ces déchets des cuisines soviétiques n’ont de cesse de le rudoyer sous leurs crachats immondes et leurs injures charretières.

Car finalement, que leur reproche-t-on donc à ses banques ?

Avoir investi le peu d’argent qu’elles retirent des maigres marges des très intéressants produits financiers qu’elles proposent chaleureusement à leur client.

Avoir investi ce même argent dans de longtemps fructueux et sains placements outre atlantique qui jusqu'à présent ont permis d’offrir à sa clientèle une largesse d’esprit, une ouverture et une compréhension jamais démenti ainsi que des agences qui ressembles a des bars louges comme disent mes radieux enfants (alléluia).

Et enfin et c’est peut être là son seul tort, mais qui peut se targuer d’être devin.

N’avoir pas prévu que les américains pauvres, ne sont même plus capable de payer les traites des probables immondes taudis qu’ils salissent de leur présence. Des traites accordées bien souvent à des taux tout a fait raisonnable proposées par des officines tout à fait honnêtes. (A. Minc, quel génie !)

Le voilà le fautif ! L’américain pauvre, cette feignasse qui ne sait même pas lire un bilan de compte provisionnel nous a lâché comme un gueux qu’il est.

Mais qu’il ne compte pas sur nous pour le rejoindre dans sa bauge, nous ne lâcheront rien.
Même pas le chalet à Meribel ! Pourtant on n’y va pas souvent.

Dieu merci (alléluia), le gouvernement a saisi le danger et pris avec hardiesse le taureau fou de la crise par les cornes.

Je pense que quelques années de crises et de serrage de ceinture devraient mater ces renégats sociaux qui n’ont de cesse de réclamer plus, dans leur minables petits bleus, en agitant leurs petits drapeaux rouges. (F de Closet, un modèle !)

Après cette brillante démonstration, peut être que messieurs dames de l’intelligentsia parisiano gauchistes se sentent moins fières, mais qu’ils se rassurent leurs amis les pauvres américains ont besoins de bras pour aller chercher  leur bière tant ils ne peuvent plus bouger leur gros cul, comme cet immonde Krivinien de Michael Moore, à force de profiter éhontement des aides sociales !

Alors messieurs les velibiens, prêt à apprendre l’américain ?

Apprendre l’américain ?
Papa a appris l’allemand en 3 mois en 40
et maman encore plus vite, il parait…Heu
Jean Rolf de Sucenoeud  - meine Porsches mein Vermögen

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu