Avertir le modérateur

29/11/2011

Trouver du boulot 4 - la lettre de candidature

Comme vous n’avez aucun piston au sein de cette délicieuse petite banque privée qui se situe juste en dessous de chez vous, vous voila obligé d’envoyer une lettre et un CV.

Putain, merde !

Une lettre et un CV !!

 Vous êtes dans la merde et ce n’est certainement pas le moment de démarrer une session d’introspection fractionné, et d’en profiter pour picoler comme un soudard.

Je vous propose plutôt de suivre, pour préparer votre courrier, le célèbre plan de lettre de candidature de Billy Cotorep, plus communément appelé « The very famous application letter of Billy Cotorep ».

Cette lettre établie les bases et pose les jalons (oui ça veut dire la même chose ! Je le sais !) de toute bonne candidature spontanée. La lettre de Bobby a été adoptée par les plus grosses sociétés de placement d’esclaves comme le plan étalon de la candidature spontanée, Monster.com, lui-même, verse 12 000 euros par an à Billy Cotorep pour pouvoir exploiter ce plan infaillible. Je le sais, c’est Billy lui-même qui me l’a dit. Il se trouve que nous allons au bar au même endroit. La vie est bien faîte parfois.

Observons donc le plan parfait pour une lettre de candidature, de Billy Cotorep. Pour votre culture, apprenez que ce plan a été rédigé pour un  poste d’administrateur de grand compte bancaire.  

Bcotorep motivation 2.jpg

Si Billy Cotorep n’a pas été embauché, sa lettre  développe, pourtant, le plan idéal d’une bonne candidature spontanée. Hélas, Billy a utilisé ses « propres » mots et ne s’est même pas foulé pour aller chercher un modèle sur internet. Vous qui êtes, je l’espère, plus intelligent mais avez aussi peu de vocabulaire, n’hésitez pas, pompez sur les autres !

Adaptez ce plan à vos arguments selon le poste désiré. N’hésitez pas à déblatérer conneries sur conneries. Surtout si vous cherchez dans le marketing. Laissez reposer, relisez le lendemain matin, supprimez, corrigez, allez faire votre CV et à la fin,  écrivez tout ça bien proprement sur une feuille propre et blanche, sans petit cœur et autres Hello Kitty, a part si vous cherchez dans la pub et que votre êtes le fils des motoculteurs Boulard, un gros client. Mais dans ce cas, que foutez vous encore ici ?

 

job05.jpg


Retrouvez tous les conseils pour trouver du boulot, à gauche dans la rubrique "trouver du boulot", dingue non ?


26/11/2011

J'te keef trop !


Keef va bien, alors je me fous pas mal de la crise, du  bordel et de toute la merde qui va pas tarder a nous tomber sur la gueule er je suis sure qu'il pense comme moi !

25/11/2011

Pour Paul


Enfin !

22/11/2011

Stricte tract a Prololand


Paul (mon pote qui chante toujours « couscous Saupiquet quand il est bourré ) est toujours très au fait de l’actualité. Il faut dire qu’il n’a que ça à foutre.  Il m’emmène chez Titi, il a les yeux qui brillent, le sourire aux lèvres, le survêt'  porté haut.

T’as baisé ? Tu vas baiser ? T ‘as gagné au Banco ? T ‘as un shit pas coupé ?!

Rien de tout cela, il a vu les lendemains qui chantent, le temps des cerises, les congés payés, le front populaire, mémé sur un vélo, la plage de Cabourg, et tout le tintouin.

Alors il s’investit, il veut porter la bonne parole et je suis invité à sa première réunion politique.

Chez Titi, c’est  Prololand et un mardi après midi, je ne vois que des RSA, des chômeurs, des Cotorep et des ouvriers 3/8 pour assister à une réunion politique.  Surtout s’il y a des coups à boire et des joints qui tournent.

Je ne me suis pas trompé, c’est tout petit, chez Titi, mais ça grouille. Tout le monde est là, survêt’ et claquette allemande de rigueur, on se croirait dans "les yeux dans les bleus". Faut voir la gueule des bleus, Théo, le célèbre poète du vin blanc, Billy Cotorep, qui porte bien son nom. Universellement connu pour avoir ramassé une belle somme au Rapido, il n’a jamais avoué la somme mais n’a ni bossé ni dessaoulé depuis ce jour. Une dizaine d’autres personnes en tout genre se pressent autour de la tireuse à bière Lidl. Ils sont trop forts ces allemands.

Des saluts des bonjours, un verre de blanc, un peu de recul. D’ici je vois bien que si le gros clébard à Titi voulais bien arrêter d’aller voir tout le monde en remuant l’énorme matraque moldave qui lui sert de queue, on gagnerait 60% de boxon en moins : C’est donc ça la politique, des gudules qui viennent boire un coup et un chien fou qui veut se faire caresser.

Enfin ça commence.

- Vous voulez sortir du nucléaire et revenir a l’âge de Pierre ?

On se regarde tous. Qu’est ce qu’on a à perdre ? Rien. L’âge de pierre, le siècle des lumières, la renaissance ou ces putains de 30 glorieuses, on fini toujours dans le fond de la cours, prés des poubelles. "Au moins, on pourra mettre un coup de massue dans la gueule des condés quand on voudra ! "  Balance Théo. Alors finalement, on veut bien revenir à l’âge de Pierre.

"Ouais !", on a crié tous en cœur

- Est-ce que vous voulez partir à la retraite à 60 ans ?

Vue le nombre de mec qui bossent, dans la salle, on ne se sent pas trop concerné. On hésite, mais c’est vrai que si par malheur on devait travailler, on aimerait arrêter le plus tôt possible.

Alors on a tous crié "Ouais !",

Est-ce que vous voulez arrêter le défilé du 14 Juillet, et refiler, le pognon économisé, aux pompiers, pour faire une grosse teuf open bar. Ce qui est une proposition que je souhaite faire remonter vers les hautes instances

Plus rien ne l’arrête père Paul et sa proposition est drôlement alléchante. Tout le monde se tape royalement (un comble !)  que des majorettes en treillis défilent pour fêter la république. On compte tous sur lui pour faire un gros lobbying et pour l’encourager on monte en voix et on pousse tous un gros "Ouais !",

- Est ce que vous êtes pour le vote des étrangers ?

Quel gros démago ce Paul, chez Titi, même le chien a le droit de vote

On a continué sur notre lancé et on a tous beuglé "Ouais !",

- Est ce que vous êtes prêt a ruiner la France pour faire une politique d’assistanat qui n’encourage pas le travail ?

Alors là, ça commençait à devenir chaud. Ca plaisait drôlement a tout le monde ce programme, cette d’histoire d’assistance plutôt que d’aller bosser. On se fout pas mal de la ruine, on n’a rien. Ils pourront toujours venir chercher la tireuse à bière. Mais si c’est la ruine, la vraie, alors l’Allemagne rachète la France et la bière est obligatoire !

On a tous crié "Ouais !"  et on s’est levé. Malgré le blanc, malgré les joints, on était tous debout,

Paul a saisi que l’ambiance montait. En grand pro, il a maitrisé.

- Ne me dite pas que vous croyez aux droits et aux devoirs ?

Ah ah ! On s’est tous fendu comme des baleines, quel humour, quel répartie.

- Laxisme, décroissance, assistanat, renoncer à la grandeur de la France, voila les grands mots de notre programme !

C’était exactement ce qu’on voulait entendre. Fini leurs conneries, compétition, consommation, mondialisation. On veut du beau, du bon et on l’acclame, "Ouais !"  qu’on a tous braillé !

Mais il avait gardé le meilleur pour la fin. Quel finaud ce Paul.

- Est ce que vous êtes pour la dépénalisation du shit ?

Le silence, l’étonnement et puis un hourra, un débordement, un tsunami de clameur, une hystérie collective, un déchainement de bonheur, qui emporte tout. Paul est porté en triomphe, son programme nous enthousiasme totalement. C’est haut la main que nous l’élisons, nous voulons et c’est lui que nous voulons.

22_11_2011.jpgMais Paul, qui a du métier, pondère notre enthousiasme.

- Le chemin de la route est encore long avant que le jour du matin se lève.

C’est dorénavant, aussi votre bataille, alors avec moi, rejoignez Jean François Copé et son programme de la gauche fait par la droite.

Ne jamais décevoir des désespérés, fut sa première leçon en politique.

Afin de parfaire ses connaissances en communication politique on l’a ligoté devant un best of de Jean Michel Apathie (une sorte de pire du pire).

Au milieu du bordel, le blanc qui coule, la tireuse qui vrombit comme une BM, les haleines chargées au sky, la queue du clebs qui en finit plus de brasser, Theo qui brame pour oublier ce qu’il vient de vivre. Un hurlement.

C’est Paul, c’est pour son bien.

14/11/2011

l'aimant à gonzesse

balladur,tee shirt,karachi,coppé,hortefeux

10/11/2011

Driiiiiiiiiiing

10_11_2011.jpg

"Les Grands qu'ont tout ne lacheront pas le pouvoir,
sans lui il n'en ont pas pour longtemps.
Ils sont tellement con ! 
Faut-il qu'on soit encore plus con de pas leur botter le cul une bonne fois pour toute !

Rahan - Fils des âges farouches 

Sur un coin de table

J’ai encore arrêté de lire « les crocodiles ont des grosses dents «  de Katherine Pancol. C’est la 2ème fois. 

Il y a deux ans, alors que sortait le 3ème  opus de la trilogie de Mme Pancol.  Une soirée, un bon repas, du vin, des femmes, plusieurs et un male …

J’ai fait une connerie.

 Les filles étaient toutes (ou presque) folles de Pancol, elles disaient que c’était super, qu’il suffisait d’en lire pour enfin commencer à connaitre les femmes, que les personnages étaient trop attachants et encore tout un tas d’autres conneries qu’une bande de gonzesse enivrées peuvent raconter au sujet d’un roman qu’elle ont réussi à finir (ah ah, pas mal celle là !).

J’ai déconné. J’avais bu ; je l’ai joué « j'suis hyper open », un vrai con ; « mais oui, je vais le lire ». Bin voyons, une vraie truffe.

Alors j’ai promis de lire le premier. Pire ! J’ai promis de le finir, j’ai évité la fiche de lecture de peu et je ne le doit qu’a ce bon Barry white, qui, quand il veut bien se mettre a chanter, a la bonne idée d’envoyer obligatoirement 3 filles sur 5 sur la piste de danse, les 2 autres sont restées et se sont bien foutues de ma gueule en me souhaitant bonne chance. J’avais sacrément merdé.

L’humiliation a été totale, j’ai même du l’acheter. Le caissier du Relais H m’a proposé une pochette cadeau, je n’ai pas répondu et l’ai planqué aussi vite que j’ai pu sous le manteau.

J’ai cessé ma première tentative aux environs de la page 20 ; j’ai plié un coin, à la fin du premier chapitre. Une nana s’était coupée en épluchant des patates, et ca n’avait pas l’air d’aller fortiche.

L’envie de dormir, la coupe du monde 2010, l’équipe, un autre bouquin, l’été, des polars, des trucs ; l’automne des BD, des bidules, indignez vous comme tout le monde ; l’hiver, la trilogie allemande ; le printemps, de la VO pour faire le malin et que c’est long, que c’est long, un vieux Bennett et Mortimer qui trainait et que c’est bon, que c’est bon… Je n’ai rouvert le bouquin qu’un an plus tard.

 ..J’ai cessé ma deuxième tentative aux environs de la fin du deuxième chapitre. Le mec au chômage qui joue aux échecs tout seul va quitter sa femme pour retrouver sa maitresse, mais je crois me rappeler qu’il en a vite plein le cul et …Je me suis endormie. Il était tôt, bercé par le train.

Au réveil, J’ai fait un coin à la page, plein de promesse. Je vais me le faire ce bouquin, je vais me le finir, bordel de merde ! ca démarre un peu mou mais ce va décoller, elles me l’ont toutes dit ! T’es aspiré par l’histoire ! C’est pas du Le Cleziot, elles y sont arrivées, tu peux le faire, t ‘as déjà lu du Coelho, c’était atroce mais t’en ai pas mort. Un livre de fille, une fois, une fois dans ta vie.

J’ai abandonné l’idée de lire la suite des « crocodiles portent des lunettes », 10 minutes avant le départ du train. Pourtant tout était prévue, les lunettes, le bouquin à portée de main, une binouze a portée de bouche et en route pour le monde merveilleux de l’imaginaire féminin.

Dans le Relais H, je virevolte, les hommes n’ont d’yeux que pour moi, un coup d’œil aux peoples, cette Anne Sinclair, quel courage tout de même, les féminins, cette Inès, toujours la classe et les news ? Cette Merkell est vraiment fringuées comme une bouse. Je suis devenue une vraie grougnasse quand soudain, la devant mes yeux. Il est sorti ! En poche ! Enfin !  Underworld USA ! Ellroy sauve moi de Katherine Pancol !!!!!

Alors il m’a parlé, il m’a dis. Ramènes toi mon gars, laisses tomber les épluchures de patates et la banlieue de Meulin, vient t ‘en bouffer viens t’en foutre plein la gueule, vient t’en avaler des kilos et des litres parce que Ellroy c’est comme la baise. Pendant c’est super bon et à la fin on se rappelle plus tout ce qu’on a fait mais on se souvient que c’était putain de bien et qu’on veut qu’une chose, le refaire.

Ca m’a un peu secoué le brushing, j’ai levé les yeux au ciel façon Julia robert dans la 7eme compagnie, quand Pitivier lui lance la bouteille de rouge. J’ai repensé à ma gueule d’ivrogné après la victoire sur l’Angleterre en rugby. Ou était-il passé ce prince, ou s’en était-il allé ce chevalier ?

J’ai acheté le Ellroy, j’ai remis le marcel, les rouflaquettes et RMC infos. Je me suis magné le cul parce que j’allais rater mon train avec toute ces conneries et je l’ai bouffé en 4 jours.

 " Je le lirai un jour, je le lirai "
François Baroin - " Je hais, j’exècre et j’abhorre ces putains de socialos et leur programme torche cul" – Ed. Bibliothèque verte

07/11/2011

Parce que je le veau bien

bravo le veau.jpg

05/11/2011

G vain

strip02.jpg

16:39 Publié dans Galerie de trucs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd

Alleluia !

05_11_2011.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu