Avertir le modérateur

26/07/2012

Maman, j’ai ruiné le monde ! (paru le 20/10/08 sur G Firmin 1)

En hommage à Ernest Borgnine disparu le 8 juillet 2012.

Par hasard, je tombe sur « L’aventure du Poséidon », le film de 1972. On connait tous l’histoire de ce paquebot qui se retrouve cul par-dessus tête au bout de 10 minutes et ou, deux heures plus tard Ernest Borgnine  apprend qu’il devra jouer dans Supercopter et se met à pleurer.

Tu peux pleurer Ernest, mais tu aurais pu savoir dès les premières minutes, si tu avais un peu de culture et déjà vécu les années 80, qu’il n’y avait rien de bon à rester sur ce rafiot. En effet, dès la première minute du film, nous découvrons que le commandant de bord est joué par nul autre que le grand Leslie Nielsen (oui, Frank Drebin, lui-même) et s’en ai fini du film catastrophe pour ne laisser place qu’à un long gag de 2h00 valant largement la scène de l’étreinte de la reine d’Angleterre du premier « naked gun » (y a-t-il un flic... ).
J’adore ces films ruinés par la seule présence d’un acteur qui depuis est devenu « culte » dans un autre rôle (souvent comique) ou un fait divers.

Bien sur, tous les films sérieux avec Leslie Nielsen (Columbo compris) sont ruinés par sa seule présence, même Forbidden planet ? Oui même Forbidden planet !

Dans le même genre le déjà comique « Basic instinct » ne se remet pas de la présence de poids de Wayne Knight plus connu sous le nom de Newman dans la série « Seinfeld ».  Le pourtant très bien « Dead zone » prend une sacrée tarte à la crème quand apparait Herbert Lom, le célèbre inspecteur Dreyfus de la série « la panthère rose » dans le rôle du psychiatre !

 Certains cyniques trouvent encore plus drôle la prestation d’OJ Simpson dans la série Naked gun depuis ses déboires avec la justice.

Personnellement, je pense que la présence de « petit déjeuner compris » dans la filmographie de Bryan Ferry a ruiné sa carrière.
- un peu comme « Par où t'es rentré ? On t'a pas vu sortir » pour Jerry Lewis ?

 - Pareil !

leslie02.jpgNewman01.jpglom01.jpg

Allo Derrick ? C’est pour un petit rôle
PPDA – Mes recherches d’emploi – 
dossier ASSEDIC  Ref : 78898789g

 

Gfirmin.gif


25/07/2012

Un été 2012 -3

Oublié la Syrie,  les licenciements a tout va, l’anniversaire de la rafle du vel' d’hiv’, la tuerie américaine, la tuerie norvégienne de l’année dernière, l’arrivée du tour, le salaire de Zlatan ou même les premiers vrais beaux jours depuis 3 ans. Oublié tout ça, le seul sujet qui importe, une fois que les enfants sont couchés, c’est, bien sur, cette histoire de « pipe, ciment du couple » qu’a osé mettre en couverture l’hebdo néomachiste et néanmoins féminin « Elle ».

A table, chacun a son opinions et, selon le sexe, les avis divergent (pine, vît, sexe et verge dans la même phrase, ça  suffit ou je vous en remets ?). Les vieux couples dans mon genre n’en rajoutent pas, on n’est pas là pour étaler notre vie privée, surtout qu’une fois bourré, on a vite fait de balancer des trucs qu’on pourrait regretter les 15 prochaines années. A peine si on ose dire qu’il faut vraiment qu’ils n’aient plus rien à dire à la rédaction de ce magazine pour titrer des trucs pareils (comme d’habitude, personne  n’a  lu l’article entièrement).

Pour les célibataires, c’est une autre paire de manche (comme dirait le batteur des Def leppard). Ils peuvent balancer sur leur ex’, leurs envies  ou leurs futures. Au pire ils compromettent une possible idylle, au mieux, ils l’excitent.

Loretta se marre, dédaigneuse.

-    - Le ciment du couple c’est un bon bœuf carotte

Elle sait de quoi elle parle, avec ses 2 mômes et le père qui s’est barré il y a 3 ans pour une gamine de 10 ans sa cadettes, ses arguments tombent un peu à plat mais personne ne relève("le plat que l'on relève", si c'est pas une super astuce en rapport avec le boeuf carotte,  je me la pose sur le barbecue dimanche prochain !).

Paul (mon pote qui chante toujours "couscous Saupiquet" quand il est bourré) agrée même dans sa direction et la poesie lui monte à la bouche au rythme ou les liquides en descendent.

-  -- C’est vrai que, même tout seul, on arrive toujours à se vider les couilles alors que se remplir le ventre agréablement nécessite un peu plus qu’une main droite et un tour sur Youporn.

Le rosé coule à flot, les grillades se font dévorer et nos 2 célibataires cèlent leur accord. La pipe, le cul et toutes ses conneries pour faire vendre du papier ne valent rien face au bonheur de se remplir la panse en arrosant le tout. Loretta oublie ce qu’elle pensait de Paul deux heure plus tôt, "ce cas social à l’hygiène douteuse", Paul oublie ce qu’il me glissait le matin même à son sujet, "pourquoi t’as invité cette vieille chieuse (elle a 5 ans de moins que lui !) avec ses insupportables chiarres" et vers 1 heure du matin nous les laissons avec une moitié de BIB (bag in Box) de rosé et une furieuse envie d’accorder leur violon.

Tôt le matin, je suis réveillé par la sonnerie "merci Patron*"  de mon Smartphone qui signifie, enfin, un probable plan boulot pour sauver le mois de Juillet. Je descends à la recherche du téléphone, l’odeur âpre du stupre et de la suée de rosé me prend les narines. Le mini salon de notre location minable a été retourné, bouleversé. Une flasque de plastique qui, autrefois abritait 5 litres de rosé de Provence git sur le sol.  Le téléphone sonne toujours, mais ou est il ? Là ? Non c’est une chaussette. Là ? Herk ! C’est un soutien gorge qui trempe dans le cendrier. Ici ? Pouah ! C’est un préservatif usagé qui tremble encore.

Il est là ! Là, juste sous, sous… Non, ce n’est pas possible. Juste sous un slip kangourou aux couleurs plus que douteuses vrombit une dernière fois mon téléphone. Je refuse d’en approcher ou ma bouche, ou mon oreille. Devant ce spectacle, je refuse même de le prendre en main, je regarde ce slip immonde livrer un dernier soubresaut. Paul sur le canapé me sourit avec un V de la victoire puis me surprend d’un pet matinal tonitruant (comme Al Pacino dans Scarface). A ses cotés, Loretta, planquée sous un drap, est obligée de sortir la tête pour éviter l’asphyxie.

J’ai probablement raté le moyen de sauver le mois de Juillet, ça va être dur d’expliquer ça à la banquière, mais je ne toucherai plus jamais ce téléphone.

Décidément cet été n’est pas comme les autres.

" Cette Loretta, c’est tout de même une sacrée suceuse. " 
"Ce Paul, c’est tout de même un sacré con."
Paul et Loretta  - Un été 2012


vacances,mouillard sur veuze,

 

"Si tu vas a Rio, restes-y"
Ronnie Biggs - "je me casse du siècle"

 

ete2012.gif


22/07/2012

été 2012 - 2

"Bon, bin je vais au cabinet" ai-je dis, étalant une fois de plus ma classe naturelle. J’ai attrapé le premier magazine qui trainait sur la table basse, choppé mon bon Bic ReAction gel (je me répète mais un jour la maison Bic m’enverra un chèque pour toute la pub que je leur fais) et serrant les fesses, j’ai couru vers ce lieu ou un homme entre et un prince sort, en espérant trouver un bon "mots fléchés", le temps d’évacuer la pizza 4 saisons minable avalée la veille.

Je pose mon séant sur le trône et pas de bol, je découvre un  Madame Figaro. Madame figaro ? Mais c’est quoi ce truc ? Le Figaro Madame ? Non ! C’est un nouveau magazine féminin ! Whoua ! Exactement tout ce que je hais, con comme un magazine féminin et de droite comme un Figaro Madame. Autant dire que j’ai du lourd entre les mains. Voila qui devrait me permettre de pousser dans la joie et la bonne humeur.

La mannequine à choucroute de la couverture aurait due éveiller mes soupçons mais mon œil usé par la couillonerie des Directeurs artistiques n’a rien vue venir. Pourtant après  les 6 pages de  pubs  habituelles, un effroi m’effraie. "Soyez rebelles" dit l’éditorial.  Surpris, je regarde la signature de ce brulot punk entre deux poussées et découvre qu’il est signé de l’ineffable Inepte de la Faisandé. Sus aux mots fléchés, je vais lire ce cri antisocial et me finir au Lotus 3 épaisseurs.

Alors que la sus dite rebelle me site "Tout ce qui brille" (apparement un film...) comme modèle révolutionnaire, je décide d’évacuer mon trop plein organique plus rapidement que prévue, l’habituelle gamine à  poil qui sert de mannequin ne m’arrête pas  et même le retour du soulignement comme parti pris visuel ne saurait retenir mon éruption anal. Ce nouveau mag' est vraiment à chier et son mot croisé de page 98 ne me servira pas d’excuse pour rester une seconde de plus à livrer ma commission.

Je sors, tel un prince, de ce lieu dit d’aisance, me répétant une bonne fois pour toute que l’on ne m’y reprendra plus avec un de ces sulfureux magazines. Toutefois en reposant ce torchon dont le glacé du papier l’a sauvé du torchage qu’il méritait, je glisse un œil sur la couverture d’un de ses confrères et néanmoins concurrent, le "Elle" de la semaine. Comme d’habitude, j’y croise une grougnasse poseuse en photo (pléonasme qui plait aux masses) mais un titre éveille mon attention, "La pipe, le ciment du  couple".

Pour la première fois de ma vie je décide de conseiller la lecture de "Elle" à toutes mes connaissances féminines  et  traverse le camping  avec un casque de chantier sur la tête, une truelle à la main et l’obligatoire rouleau de PQ sous le coude.

Non vraiment, cet  été n’est pas comme les autres.

magazine feminin,vacances,mouillard sur veuze

 

ete2012.gif

15/07/2012

Eté 2012 - 1

A la recherche d’un "mots fléchés" facile pour passer 5 minutes aux toilettes, j’emmène, au hasard et discrètement, le Grazia de la semaine et un Bic réaction gel (un jour la maison Bic me fera un chèque pour toute cette pub gratos) dans la pièce du trône.

Assis et prêt à l’œuvre, je découvre ce magazine.

La lecture du sommaire n’augure rien de bon et je suis même soufflé par l’abrutissement des masses féminines qui s’étale devant mes yeux.

Après 10 pages de pub ou d’invraisemblables Biafras de 14 ans posent pour d’invraisemblables dispensables produits de merdes pour quarantenaires frustrées (dans l’ordre parfum de chiotte YSL , bagnole Mercedes, parfum Cartier de chiotte, bijoux menotte Dinh van (on rêve !), parfum Lanvin (gamine de 13 ans a poil), 2 fois  la 4G Orange (disponible en 2013 !), des montres Technomarine présentées par la sœur de Penelopes Cruz aussi retouchée que sa frangine, la petite robe noire de Guerlain (noire ? Guerlain ? Et mon cul c’est du poulet ?), Maybeline et autre financier de l’UMP… Le tout entrecoupé d’articles ineptes au sujet d’inconnu dont on site le nom (c’est qui ce gros cul de Kardazhian ?)

Enfin j’aborde les sujets de fond. Les implants mammaires, les  Gourous de star (toujours ces deux connes de Moore et Joly), le coming out des stars gays (So interesting !) et enfin la nouvelle vie de la Longorria (passionnant). Je passe sur les fausses expériences des fausses journalistes (j’ai dragué sur internet, en boite ou à la poissonnerie), les putains de vacances de stars que je connais toujours pas (les mêmes que 3 lignes plus haut), c’est qui cette tête de cul de Puff daddy ?

Le régime de l’été (conneries), les robes de l’été ((branleries), les romans de l’été (inepties), la rubrique inutile de Wizman (qui a des impôts à payer comme tout le monde),  l’horoscope à la con et le roman photo débilissime d’une cougnasse imbaisable et toujours pas de mots fléchés. Ma commission est faite et je décide d’utiliser à bon escient ce magazine.

Je me torche avec, tout spécialement avec  la page l’Oréal, qui fourgue une paire de pompe atroce à 990 euros, puis avec délectation sur la tronche de Franck Provost. Aie,  ça fait tout de même un peu mal ce papier glacé, sans compter que le rosé local m’a déjà bien abimé la rondelle comme dirait Jade Jagger.

Je tire la chasse, les pages magazines ne partent pas, je les remets à leur place, surveille la sortie, qu’il n’y ait personne et repose discrètement le magazine à sa place.

Avec un peu de chance, se torcher sur la tronche des stars sera hype en Août !

vacances,mouillard sur veuze

ete2012.gif

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu