Avertir le modérateur

17/10/2014

Un suicidé Français

Il s’enfonce, il est dans la pénombre depuis si longtemps que ses yeux se sont habitués. En les écarquillant au maximum, il peut raisonnablement s’apercevoir qu’il n’aperçoit rien. Pas une vie aux alentours, pas un mouvement distinct. Rien qu’un brouillard adipeux, une mélasse pré liquide (c’est quoi ce truc), une opacité lumineuse et grassouillette, une noyade comme il en existe tant.

Il n’est pas le seul à s’enfoncer, pourtant il ne voit pas les autres. Quand on a la tête tournée vers le bas, on perd beaucoup en vision transversale. Il se dit qu’à un moment il touchera le fond et ce sera le moment de remonter, mais vu les profondeurs qu’il a déjà atteint et la vitesse à laquelle il perfore dorénavant le miasme social, l’atterrissage risque de se faire sur le coin de la gueule et ça va faire vraiment bobo. Pas sûr qu’il lui reste beaucoup de force pour remonter à la surface. Alors il met les mains devant pour se protéger et cette position de plongeur ne fait qu’accélérer la descente.

Pour garder le moral, il s’accroche à flatter son ego,  le doux romantisme de la chute, la cruelle  beauté du défait, la classe des losers magnifiques.

Il pense à la fin du roman "Martin Eden", accepter son sort, le désirer, le choisir. Il reprend vie, il assume, se relève. Il descend toujours mais il est debout. Jack London a répondu à ses questions (London calling ?). Il sourit, enfoncé mais heureux, enfoui mais réjouis, détendu. Il avale la mélasse comme un bébé la semoule. La pression, la profondeur; les sphincters lâchent. Ca le fait rire, mais il oublie qu’il va croiser le tout, prochainement, dans sa descente.

Il le croise. Agressé par la puanteur émise, le visage d’Eric Zemmour lui apparaît  et  la sérénité retrouvée s’enfuit pour laisser place a une infecte envie de dégueuler. C’est donc ça ?  Tout va finir, avec comme dernière image de ce bas monde, la pire face de gerbe depuis Eudes Brichaud en classe de 3ème, lycée Zanini à Meuves ?   

Refusant de finir encore plus désespérément qu’il ne l’avait imaginé, il se secoue, se  remue, mais c’est trop tard.

"Et, tout au fond, il sombra dans la nuit.
Ça, il le sut encore : il avait sombré dans la nuit.
Et au moment même où il le sut, il cessa de le savoir."

Jack London -  "Martin Eden"

 

" y’a plus de papier ? "
Oscar Pistorius  - "last words to bobonne "

19:12 Publié dans Grrrrrrrrr, Prololand | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zemmour

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu