Avertir le modérateur

10/06/2015

10 ans d'amour

Le patron s’est réveillé, « merde ! C’est quoi ce bordel ! Qu’est-ce qu’on fait pour le 10ème anniversaire du site ?! ». C’est lui le boss et il fait pas les choses à moitié. Réunion à 17h00 avec 2 grands pontes de l’évènement, votre serviteur, Totor (le stagiaire de 3ème) et le boss, la source pensive comme il aime s’appeler.

A 17h00, ça ne rigole pas des masses, un grand ponte a délégué un sous directeur de projet en CDD et l’autre a préféré faire la même chose au féminin. Le boss arrive, auréolé de ses pleins pouvoirs, nous pouvons démarrer.

La solidarité masculine est merveilleuse, honneur au dame.

Merde ! J’avais oublié et le boss aussi. Elle entame une présentation de sa boite qui dure une plombe puis termine par une conceptualisation du concept que nous pourrions entreprendre pour l’anniversaire, un vrai message évènement, un Messavenement.

J’ai rien compris, le boss non plus. Passons à l’autre, qu’on en finisse ! Non, le boss a le bon gout de demander a Totor son avis sur la question avant de se retaper une dose de ronflade. Il est mignon ce Totor, Après deux semaines dans les locaux, il nous propose l’album Panini des pourritures 2015/2016, sélectionnées selon les réflexions quotidiennes de l’équipe du blog.

convention

Au moins il propose quelque chose, mais non, la dir. pro la ramène, " pas concept et message, pas de conceptage !"," il faut ne pas oublier un message un évènement, un Messavènement".

Le boss n’a plus le choix, il donne la parole au soudoyé passeur de bac (qu’es ce que je raconte?!!).

Merde ! J’avais oublié et le boss aussi. Il entame une présentation de sa boite qui dure une plombe puis termine par un concept conceptualiste  que nous pourrions entreprendre pour l’anniversaire, un vrai  évènement message, un Evenessage pas sage !

Il est content de lui et je parie qu’il vient de trouver cette rime nase. Je réveille le boss qui est en moi pour me forcer à réveiller celui qui ronfle au bout de la table, il se reprend, s’étire et demande, en baillant, à Totor si il a une idée. J’adorerai être boss, on peut vraiment se conduire comme un gros porc et personne ne vous emmerde.

Je songeais à cela quand le gamin nous a  proposé un blog ou tout les jours, on insulte le quidam qui nous a le plus cassé les couilles. J’ai adoré cette idée et le boss aussi. Un bon défouloir, voila un anniversaire d’allégresse et de joie. Mais l’apôtre de l’Evenessage nous l’a calmé (la joie…). Pas évènement, pas message où peut être trop, trop pas sage.

Ça allait être mon tour, j’ai bien une idée mais bon…J’ai regardé le gamin, il est mignon ce môme, il a compris, il a lancé "Et si on rééditait les tee-shirts ?!". Il a sorti des photos sur carton. Il assure ce môme.

tshirt_volcan.jpg

Le boss était drôlement impressionné, il a dit, "oh oui celui la !" En pointant "l’été anal" avec envie.  Les tenants du concept ont bégayé leur charabia sur l'Evenessage mais ils ont vite inclus les tee-shirts de Totor dans leur concept pour sauver leur mise. L’un nous parla d’un Evenshirt et l’autre d’un Tee-venement.

Le boss a évacué ça d’un "bon Totor, t’as autre chose ?"

Totor m’a regardé, j’ai compris, j’ai vite balancé « il était une fois l’Amérique » sur mon téléphone. La flute de pan leur a écarquillé les yeux, les 783 pages du dossier déposé devant leurs yeux les a laissé bouche bée et la lecture du titre figurant dessus a fini de leur démonter la mâchoire.

La vrai histoire de
"au dessous du volcan, le blog"
de 2005 à 2015  
des révélations qui vont ébranler
et aussi choquer des gens !

Le boss est radieux,  "fais voir ça mon petit gars !". Le dossier atterrit dans ses petites mimines, il se délecte, tape dans le tas, "oh lala ! Mais oui !" Il se marre.

Je ne trouve pas ça drôle, je la connais l’histoire.

Il ferme le dossier, tapote dessus, regarde les agents d’agences,Totor.

-Beau Travail mon Totor, je garde cette copie papier, je veux une copie fichier et la destruction de toute autre copie immédiatement ! Ou je dis à ta mère ce que tu fous dans les chiottes du bureau !

Totor a filé comme un financier face à une proposition de partage.

- Bon et toi alors ? T’as des idées ?

Et là, Totor n’étais plus là pour un moment. Il a bien fallu que je me lance.

- On va au bar chez Dédé, buffet demi cacahuètes à volonté, Chéri FM en fond sonore et on boit pour oublier »

Je me suis pincé la lèvre sur la dernière syllabe, je doutais soudainement de mon concept.

Le boss a regardé les agents plus en circulation, toujours bouche bée, qui regardaient dans ma direction, avec dans le fond de la pupille, ce que l'on peut appeller un profond désarroi.

Le boss réfléchissait a voie haute.

-          "Evènement « chez Dédé » Concept « boire » Message « oublier », boire oublier, tout oublier , faire table rase, aller de l’avant , Avancer, Etre en avance ! Etre devant ! J’adore ! Je prends ! On y va !"

Il s’est levé, a salué les hébétés d’un sympathiques "c’était un plaisir, ne revenez plus jamais"

Le gars hébété  a réussi a articulé "et pour l’évènement ?", le boss lui a répondu "vous avez tout vu ? C’est ce sympathique garçon qui s’occupe de tout" en me montrant du doigt. "Et on fera surement le coup des tee-shirts aussi, il me faut "l’été anal" ". La fille encore plus hébétée a éclaté en sanglot, ce qui lui a débloqué la mâchoire et de fait, elle a  immédiatement cessé de pleurer et elle est venue avec nous chez Dédé. Dudule l’hébété a du se résoudre à venir et même cet andouille de Totor a pu cesser de faire "del c:*.*" sur tous les PC du site, faudra juste qu’il n’oublie pas de faire le ménage après sa grenadine.

Le Boss a été majestueux, il ne s’est pas foulé et nous a refait le même speech qu’il y a 10 ans mais ne le font-ils tous pas ? (a lire a voie haute) on peut même le lire là :

La convention "Au dessus du volcan"

La fête fut belle et comme dans Les aventures d’Astérix pour qui Goscinny m’a beaucoup pompé, elle se finit par une belle image de village réconcilié. L’agencienne, enfin libérée, a fait la chorégraphie sur une version Métal de Couscous Saupiquet par mon pote Paul (celui qui chante toujours Couscous Saupiquet quand il est bourré), l’agence men a fini dans les bras de la mère Dédé, pleurant sur sa belle jeunesse, envolée, sur des évènements et des clients à la con , et j’ai moi-même eu l’assurance d’être augmenté prochainement, mais j’étais bourré et le boss aussi. Quand à Totor, cet abruti était depuis longtemps pendu ficelé dans l’arbre. Je n’aime pas trop les mômes qui n’arrêtent pas de la ramener.

 

21:57 Publié dans Prololand | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : convention

02/06/2015

Les voyants sont au vert !

Je le sais ! Je le tiens de Jacky, un mec qui se fait un joli petit pécule rien qu’en jeton de présence, sans parler de son poste de directeur d’une grosse Grosse  boite de tuyau  qui lui rapporte un gros paquet. Ce n’est pas qu’il s’y connaisse en tuyau, il dirigeait  une boite de portefeuilles avant de venir, mais lui, il est au courant et il me l’a dit. Ca va y aller, tous les feux sont au vert ».

Je n’ai pas rêvé, il  me l’a dit devant témoins, une cinquantaine de ses actionnaires étaient  présent et ils pourront certainement corroborer ma déposition. Les voyants sont au vert.

Bien sûr,  pour faire voter un salaire à 7 chiffres il vaut mieux annoncer qu’on va s’en mettre plein les fouilles plutôt que le pilote s’appelle Andreas et il a oublié son Rigolax 8mg. Cependant, il faut oser l’affirmer en public. La crise a normalement bon dos pour faire passer des résultats minables en hypothétique réussite face au pire et les siens ne sont pas vraiment mirobolants. Ce gars Jacky  a du cran, il annonce « ca va peter !» ce que bien sûr, tous les actionnaires comprennent par « ça DOIT Peter ». Et quand ça doit péter, ça doit couler. C’est bien connu ou alors vous êtes une vérole de coco mal embouché.

Mes copains actionnaires ont bien compris le message et ont  voté Oui, Oui, Oui pour tout ! Des jetons de présence de Porsche, des salaires d’hélico et tout un tas de conneries auquel on ne comprend rien. Ils ont tout de même dis zob à l’hérétique résolution 758 de refiler des actions aux salariés et ils sont partis se tartuffer la gueule entre gens de bonne compagnie.

Le lendemain, ce con de Jacky a annoncé qu’il quittait les tuyaux pour s’occuper de casse-croûte. L’action a perdu 20 %, va savoir pourquoi ? Il va falloir reserrer la vis, Heureusement les feux sont  au vert et son successeur n’aura qu’a  entériné les licenciements prévus qui expliquaient les syndicalistes braillards à l’entrée de la réunion de la veille. Les feux sont au vert je vous dis !

Chez Dédé, je me marre encore de ce qui est arrivé aux actionnaires, mon rouge aveuglement me fait oublier les camarades tombés aux champs d’honneur de l’ironique absurdité d’un libéralisme forcené. La mère Dédé n’apprécie pas mon soviétisme revanchard. Elle a placé 5000 francs sur France Télécom et possède à présent la coquette somme de 670 euros qu’elle réserve aux études de son décérébré de fils. Cela devrait suffire.

Paul (mon pote qui chante toujours Saupiquet quand il est bourré) entre dans le bar accompagné de … Oh bin ça alors ! Notre sacré deconneur de Jacky, les deux sont hilares comme Gattaz lisant germinal (j’avais pensé à Alain Soral devant Shoa mais je n’ai pas osé).

Paul, entre deux soubresauts, demande à Jacky en me montrant du doigt

-          Vas-y, dis-lui combien t’es payé

-       -   Ma rémunération fixe s’oriente vers un positionnement proche de la médiane du marché. Ma rémunération variable cible s’oriente plutôt vers un positionnement entre la médiane et le 3ème quartile du marché. Il  faut cependant noter que compte tenu notamment de l’exigence des critères de performance, la part variable effectivement réalisée et perçue  peut être significativement inférieure à la cible, et au marché

Je connais l’énergumène mais je reste soufflé, Paul ne s’en lasse pas et  s’arrache d’un éclat de rire qui fait brailler la mère Dédé. Il reprend ses esprits

-          Oui mais dis-lui Pourquoi t’es payé comme ça ?

-     - C’est afin de reconnaitre plus particulièrement la surperformance régulière des critères financiers. Ainsi, la partie financière de la part variable pourra être majorée en appliquant un coefficient multiplicateur si les conditions cumulatives sont remplies

Putain Jacky, c’est vrai que t’es un surhomme.

" PAUL ! Je vais être obligé d’te sortir !"
La mère Dédé - "Ma méthode de management"

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu