Avertir le modérateur

07/02/2006

Nasebroc et Schnock

J'ai tellement travaillé, je me suis tellement concentré sur les nouvelles modalités du blog (17 minutes) que je ne sais absolument plus pourquoi j'ai fait un blog et ce que je veux y écrire. 

Voyons, voyons....Certainement pas du mal des assedics. Rien mais alors vraiment absolument rien sur Mahomet, je ne compte pas non plus dénoncer les arrangements de la mairie de Puteaux.... Je ne parle même pas d'aborder le moindre sujet internationale, l'iran, l'irak, la palestine, la thétchénie, israël (j'ai mis la tchétchénie entre les 2, ça les repose un peu) ou le Tibet ou tout autre bled que je ne connais pas et qui n'a pas le bonheur de me connaitre en retour.

En homme de droite décompléxé, je pourrais vanter les formidables avancées libérales de notre gouvernement, mais en ce jour de manifestation, j'imagine la douleur des milliers de pauvres (ahah, les cons) rentrant de dix kilometres de marche en compagnie de boudins gauchistes et lisant sur leur PC minable à 56 k qu'ils ont eu tort de perdre une journée et qu'il ferait mieux de retourner bosser s'ils veulent que notre bon gouvernement nous sorte enfin de cette merde bolchévique !

Peut être pourrais je profiter du succés de ce blog (oui, vous êtiez huit en Janvier, plus que 7 !) pour réclamer les mêmes avantages que les grands de ce monde. Soit tout simplement, le gériatre de Mick jagger et le cancérologue de charly Watt  en cas de problème.

Plus modestement, en relisant mes précédentes notes, je crois que je vais continuer à faire de ce blog, ce brulot médiatique (tel un "France soir" des grands soirs) et ravir ainsi ces millions de lecteurs assidus et enfin affranchis (bandes de timbrés !) en provoquant inlassablement la face du monde !

Zut aux Suisses !
Osiris est un gros naze !
et le maire de Pouilly l'évèque sent des pieds !

 

 

 

7.2.06 18:09

02/01/2006

Suivez mon regard

A vous, les politiciens véreux ou pas, bouffés par l’arrivisme et la soif de pouvoir, aveugles des réalités et éblouis par les sondages, imbus au point de croire qu’une nation, un département, une ville… a besoin d'eux, à l’écoute de rien et avides de tout, cachés derrière un couvre feu d’un autre siècle et une connerie toujours plus actuelle.

A vous, les grands patrons et leur armée d’adorateurs et gestapistes du grand capital, gavés d’argent jusqu’aux gencives de leur 15ème descendance, s’arc boutant sur leur position comme une vieille hyène sur une charogne, prônant et décidant à tout va et sans vergogne le malheur, la détresse pour le bienfait de leur compte bancaire.

A vous les comiques de services, perdus par l’argent et la gloire qui n’avaient plus de drôle que votre incapacité à analyser votre société et à pérorer au milieu de vos amitiés élitistes.

A vous, chefaillons de mes couilles, au sérieux et à l’incompétence tragique. Assis sur son pouvoir pour dire de qui de quoi, empalé par sa connerie pour dire l’inverse et le reste.

A vous publicitaires débilitant a l’opportunisme mercantile ; à la verve dégoulinante de salmigondis changeant et aberrant.

A vous les petits collabos de bureau, obéissant, manœuvrant, ourdissant, dénonçant et tout ça petitement.

A vous les incompréhensifs, les surs de soi, les je sais ce que je dis,

Pour 2006, je vous souhaite ça :

 

OUILLE.jpg

 

Pour les autres, je ne souhaite que des choses biens, enfin, faut voir. Envoyez vos dossiers....

06/10/2005

Modèle déposé

J’ai failli oublier que j’étais de droite depuis le 1er septembre, heureusement le quotidien  « Libération », qui a dernièrement connu la même transformation que moi (de droite donc), m’a remis sur le droit chemin.

J’avais déjà été très impressionné par le portrait de Mr Christophe L*, ce fils à papa, directeur d’agence de com', sarkoziste anal  et défécateur de paperasses nauséabonds sur la peur en France (oui, il a pondu une merde en quelque sorte) (oui, comme une poule, pareil) m’avait donné du courage en la droite française. Ornières, aveuglement, myopie, presbytie et cataracte, cette homme a tout pour faire la fortune d’un opticien lorsqu’il se décidera à regarder la réalité en dehors du 16e arrondissement. Cet homme dit aimer passionnément les taureaux et la corrida, n’étant pas à un paradoxe près, je me ferai énormément de soucis si j’étais ses enfants ….

Passé à droite, tout récemment, j’avais trouvé, en ce christophe Lambert, un modèle, un phare, voire un lévrier comme on dit en athlétisme. Mais Libération qui testait la nouvelle formule du Figaro discrètement et dont le redac' chef doit s’appeler Patrick Sébastien, m’a offert cette semaine une nouvelle icône pour ma fraîche transformation, j’ai nommé : Patrick L (le bien nommé).

Si vous n’avez pas lu  le « libé » du  Lundi 3 Octobre, vous ne le connaissez pas, si vous l’avez lu, vous riez déjà ou alors cet homme est votre beau-frère et je comprends que vous pleuriez. Dans les 2 cas je vous renvoie au portrait intégral là (attention ce lien s'autodétruira la semaine prochaîne).

Patrick, Patrick, Patrick….Comme l’ami de Bob l’éponge tu t’appelles Patrick et comme lui tu m’estomaques par la finesse, l‘intelligence et la délicatesse de ton analyse,  la délicatesse de ta profession et surtout la fulgurance lumineuse de tes propos qui ont éclairé la nuit de ma pauvre vie.

 

 Est-ce la jalousie qui me fait parler ? Patrick, toi qui fouette et domine la nuit et le jour les femmes (et pas les hommes je crois) de la haute, que ne rêverais-je de faire cela, que ne rêverais –je (ça c’est de l’expression !) de pouvoir déclarer haut et fort et sans sourciller aux 158 personnes qui lisent encore Libé dans ce pays des vérités telles que cela :

- Pour lui, il y a «ceux qui ont les couilles de faire les choses» et les autres, les feignants, les assistés…

Bien sur tu te dis simple et anti-intellectuelles (d’où ton bonheur d’en fouetter) et avec tes mots tous simples tu as merveilleusement résumé ce que pensent certains scrotums précédemment cités, alors fouette mon bon Patrick, fouette les jusqu’au sang, tu peux même les finir à coup de talons, mon bon Patrick et après, après va te pendre.

"Aïïï, là c'est mon cul !" - Patrick Sebastien
- Partouze à Vezoul, le guide; Ed. La pléiade

 

 

 

6.10.05 14:45

15/09/2005

Le vide rêvé désenchanté

J'ai comme un gros vide qui s'est installé. Depuis que je suis de droite (le 1er septembre !), c'est comme si je m'étais  vidé de toute révolte. Les riches de plus en plus riches, les pauvres de plus en plus pauvres, les classes moyennes maintenues la tête hors de l'eau avec des ristournes de 3 euros sur les impôts, l'exploitation et le mépris de l'humain, des animaux (sauf Mesmer, mon Labrador) de la nature pour des poignées de dollars, tout cela est normale car maintenant je le sais, heu... je le crois, c'est ainsi que le seigneur l'a voulue (et oui, en plus d'être de droite, je suis devenue un peu catho, bien obligé) .

Dorénavant je promène ma tronche de content de lui avec l'assurance de celui qui ne doute plus. Maintenant tout est clair, c'est comme ça et on y peut rien. Les ornières ont du bon, je ne me rends même pas compte que tous mes amis me lâchent, sales gauchistes ! Les enfants chez les jésuites, leur mère à la cuisine et ma face de raie pour contempler tout ça.

Combien de temps vais-je tenir ?

Pour me changer les idées, j'aide mes amis les labos à vendre des pilules, se faire de l'argent sur le dos de la sécu est la plus grande idée de gauche que je connaisse, consommez, on vous rembourse ! Mais à la fin c'est toujours vous qui payez, pas étonnant qu'on soit les champions des anti- dépresseurs. La France vieilli ? Formidable on va fourguer des médocs à s'en faire péter le chiffre ! Papy bégaie c'est Alzheimer, Mamy tremblote c'est le parkinson, si tata veut bien nous faire une dépression et tonton du cholestérol, il y aura 30 euros de primes à tous les visiteurs médicaux ! Enfin, à  ceux qui auront bien atteint leur objectif de 16 000 visites annuelles (indexé sur le kilométrage bien sur !).

 

 Je vous l’ai dit, c'est normal, c'est comme ça....

 

 - Hé tata, passes voir ton Lexo, je me sens limite

- Dis donc, fais pas ton Dantec !

- Oh non, pas Dantec ! AAAAAAAAAArgh !

 

15.9.05 22:05

04/09/2005

Une droite sévère

Voila, c'est fait. Je suis de droite, et j'ai de la chance. 3 jours ont passé et je ne regrette pas mon choix ! Je peux changer pendant les 15 premiers jours, mais pour l'instant je suis emballé !

Les squats vidés comme des merdes, quelle efficacité ! La conférence de Villepin sur sa politique, quelle allure ! L’UMP à la Baule, quelle frénésie fraternelle ! J'ai encore eu une érection en voyant Villepin faire son jogging à télé matin !!

Je suis trop content ! Et du coté de notre grand modèle de libéralisme, les états unis, franchement quelle démonstration ! Une ville engloutie par des travaux jamais décidés faisant apparaître et disparaître un tiers monde inavoué et délaissé totalement. pfffffffff Un bordel totale, une éruption d'anarchie animale en une averse.  C'est très bon, vivement qu'on soit comme eux !

En attendant, je pense à ce discours de clôture, tous ce délire sur le "gagner sa vie à la sueur de son front", je monte le radiateur au maximum et j'appelle les Assedic.

 

 

 


4.9.05 22:45

31/08/2005

Mon sauveur

En ces jours de tension et d'attente, je dois bien avouer que "Bob l'éponge" m'a encore fait passer un moment exceptionnel.

Si les auteurs de ce chef d'oeuvre animé, me disent "Bob l'éponge est de droite", alors là oui ! Oui, là, j'aurais confiance. En attendant, je tremble comme un gros crabe patron de restau sur le point de se faire dérober la recette de son sandwich vedette par un plancton sanguinaire ...

Et oui, Bob l'éponge c'est un peu plus compliqué que le programme de l'UMP, pourtant je comprends tout ! Enfin....

 

Ecouter, Comprendre, Participer, anticiper, agir, chasser les méduses !!

 

 

31.8.05 15:05

30/08/2005

Ca va t'aller super

Argh ! A 2 jours de ma métamorphose totale, alors que la misérable chenille gauchiste que j'étais, allait se transformer en un bel, grand et gracieux papillon de droite, je découvre, tel Nabokov penché sur ces insectes ("la culture c'est comme un doigt, ça se fourre partout"  - D'Ormesson), que les espèces de droites sont multiples et chatoyantes.

Appelons le Monsieur grosse Tanche, il possède le magasin de vêtements masculin de marque au bout de la rue, à l'angle du Boulevard."Rocco & Co" ou "Borsalino", une merde dans ce goût là. C'est un beau magasin, design habituel, tout blanc, des costumes de marque, des chemise à 300 euros, 2 vendeuses moulées, 1 stagiaire à tout faire, sa femme à la caisse et lui au café. Une belle affaire comme on dit.

Naturellement Grosse Tanche est de droite, je le sais, il l'a dit hier au comptoir de Chez Dédé. 

Moi : Je vois bien, y a trop de charge patronal ! (C’est ma grande phrase !)

Grosse Tanche : Bien sur, ce qu'i nous faut, c'est un mec comme Sarkozy !

Et en plus il milite, c'est un modèle. Nous avons parlé, enfin, Il m'a surtout parlé pendant une longue, très longue demi heure et il m'a convaincu. Il m'a convaincu que je n'étais peut-être pas encore assez de droite, du moins, pas autant que lui, et c'est peu dire. Il me reste 48h00 pour tenter le tout pour le tout ! "A l'impôt sur les Grandes fortunes, nul n'est tenu" - proverbe de haute finance. 

D'ors et déjà, Grosse Tanche a bouleversé mon passage à la droite. Je ne le ferai pas en costume gris et chemise bleu, la raie à gauche tel un jeune Balladurien en guoguette. Non !

Dès ce matin 9h00, bronzage intensif chez "Sun Power", achat de 1 gourmette énorme et chaine argent façon gourmette (lourd !, chère), ai repris 4 fois des pâtes à midi avec 2 whisky en apero, une bouteille de cote et 2 cognacs en sortie,  achat de 2 chemises blanche modèle ouvert sur poitrail, d'un jean de Djeuns fashion à 240 euros (la putain de sa race !!) et de basket au même prix (la putain de sa mère !!). Je suis ruiné mais je commence à ressembler à quelque chose. Je vais demain me faire des implants de cheveux long dans le cou, juste avant le catogan et peut être aussi grisé...

Ca va pas..., Grosse Tanche, tu m'as miné...

 

"Vous avez du feu ? - oui à la maison"
- dicton afro-parisien

 

30.8.05 15:29

29/08/2005

quelques mots douteurs

Dernière ligne droite pour ma formation ! En Septembre je suis de droite ! Ne pas flancher !

 Et si tout se passait bien. Et si ma formation était une réussite totale. Et si, au 1er Septembre je me réveillais en annonçant fièrement : "moumoune, je pense que je suis de droite !" Et ensuite ? Je me lave différemment ? Je devrais pisser avec plus d'emphase ? Devrais je prendre mon café plus raidement afin, surtout de ne pas tacher mon tweed (ça c'est obligé).

Et si je demeurai, malgré ce parti pris total, le même minable droitiste que j'ai pu être gauchiste. Alors, ce mois de travail n'aurait servi à rien ? Si ma nouvelle vision du monde ne m'amenait nulle part. Si le réseau de tout mes nouveaux copains ne m'amenait qu'au bar tabac d'en bas de la rue. Si mon banquier, aux idées dorénavant si proche des miennes, ne changeait pas ce regard en fente de carte  posé sur moi régulièrement. Et si cela ne faisait pas de moi, un homme meilleur ?

Oui, je doute. Bien sur, si on ne lâche pas les chevaux du libéralisme au 1er septembre et qu'on ne nettoie pas au Karcher cette belle France à la même date, j'aurai du mal à m'extasier. A peine arrivé, je serai déçu.

Ecouter, Comprendre, Participer, anticiper, agir, Ecouter, Comprendre, Participer, anticiper, agir, Ecouter, Comprendre, Participer, anticiper, agir, Ecouter, Comprendre, Participer, anticiper, agir

 C'est pourtant pas compliqué, merde !

 

 

 

29.8.05 02:27

28/08/2005

No Drugs, no sex, no rock n'roll

Une semaine en montagne et vous oubliez tous vos préceptes. Posez des pentes, des sapins, de l’herbe et des vaches et faîtes l’expérience. Alors ? Je sais, c’est fou. Mais tel est la montagne, elle vous détache, vous enlaces, vous enlèves, vous élèves. Un rêve. 

Profitant de cette semaine pour peaufiner ma formation, – Si, je serai de droite en Septembre ! – je me suis imprégné des grands maîtres montagnards de droite (Balladur, Raffarin, Marielle Goitschel…). Je suis devenu cet austère montagnard de droite, au visage buriné et tanné par le froid, le soleil, le vent et toute les merdes qui traînent là-haut. D’un œil bleu perçant de faucon, j’ai  scruté ces montagnes qui sont devenues miennes. Une vrai pub pour de l’eau minérale.

  Le matin, levé à 5h00, la plus belle heure de l’été, le jour naissant, la nature qui baille encore…Bien sur je réveille toute la maisonnée en hurlant pour réclamer du café chaud. Ne suis-je pas cet austère montagnard qui tient sa maison comme toutes devraient l’être ? C’est vrai, j’ai du calmer, ça fait chier tout le monde.

 Après le petit déj (servi à 9h30 ! par Paulo !), et avant aussi donc, j’ai aimé à me promener dans cette montagne qui était maintenant mienne. Ses vallons, ses ruisseaux, ses prés, ses gros arbres et toutes ces merdes qu’on trouve la- haut, étaient à moi, à moi, à moi. Ça c’est fait.

            De retour  vers 12h30, j’aimais à plisser mes yeux de façon amusé devant les facéties du présentateur sur la une (seule chaîne autorisée en 5ème semaine). Ma femme remplissant, à un rythme régulier ("ça va que c’est pour ta formation à la con"), d’un gros rouge locale, mon verre Duralex, modèle petit rond. Toujours austère, silence bien sur, faut pas déconner !

Le Journal de 13h00 !! J’ai le droit à 3 mots, c’est le gros lâchage, avec moi les Réacs !

Un immeuble délabré, des familles en difficultées, un  feu, des morts, brûlés…

- pffffffffff…

C’est pas de droite, c’est pas de gauche non plus. C’est comme ça.

Le montagnard austère que je suis devenue, s’est frotté les yeux en les rouvrant, j’ai regardé ma femme qui tournait la soupe sur le feu, les filles qui mangeaient un bout de pain en me regardant craintivement. J’ai sorti mon couteau pliant de ma poche, l’ai ouvert et me suis curé les ongles, les infos continuaient.

- Et ça fait des discours…

Stop ! Fini ! Plus de mot avant une heure !

J’ai frappé sur mon verre avec mon couteau, ma femme s’est retournée. Je lui ai fait les yeux de Rogger Rabit quand il demande à Eddy Vaillant de l’aider. Elle m’a compris, elle m’a resservie.

Derrière l’assurance, la force et la froideur que peut dégager un montagnard austère et de droite, il y a aussi un cœur qui bat et qui vibre et ça elle le sait.

 

 

  " les Diots y sont bons comme de la bite "
- E. Balladur – les bons coins de Chamonix. Ed . des bouzes

 

 

28.8.05 02:56

 

19/08/2005

la france d'en haut

La montagne me gagne, je cours m'y perdre.

 

 

 

19.8.05 14:27

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu